Les Cahiers Du CRASC

Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle

Index des cahiers

Les cahiers du Crasc, N° 22, 2012, p. 3-5 | Texte Intégral


 

 

Introduction

Le suivi de la situation des catégories particulières des populations, que sont les femmes et les jeunes, constitue une préoccupation majeure du gouvernement algérien. La mise en place de politiques efficientes dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’alphabétisation des adultes, entre autres, est à l’origine de résultats observables dans l’ensemble des daïras de la Wilaya d’Adrar. L’un des objectifs du millénaire pour le développement est d’assurer un environnement durable se mesurant en partie par le degré d’implication des femmes dans la vie socio-économique. Il est admis que ce degré d’implication dépend, entre autres, du degré d’accès des femmes à l’éducation, aux soins et au monde du travail. Or, cet accès n’est pas conditionné uniquement par  le niveau de l’offre ou de la disponibilité des infrastructures, car ce sont souvent les rapports sociaux et les représentations individuelles et collectives qui déterminent le mode de participation féminine dans les sphères familiale et sociétale.

S’il n’existe apparemment pas de discrimination formelle à l’encontre des femmes de nature à limiter leur accès aux services publics (éducation en particulier), ce sont certaines pratiques socioculturelles qui constituent les principaux obstacles à l'égalité dans les rapports de genre.  En ce qui concerne l’éducation, l’égalité est pratiquement acquise depuis quelques années déjà dans la wilaya d’Adrar. En revanche, la participation des femmes à la vie économique et à la prise de décision a enregistré des performances moins importantes. La question est de savoir quel rôle jouent les femmes dans la vie socioéconomique, malgré leurs conditions socio-culturelles et comment contribuer à la promotion de ce rôle en vue d’une meilleure reconnaissance de leur contribution effective.

Aujourd’hui, les disparités de genre à Charouine se manifestent non pas en terme de participation des femmes à la vie socioéconomique de la région mais en terme de reconnaissance de leur rôle dans le développement et de gain sur le plan personnel. L’évolution de la situation des femmes à Adrar, selon le directeur de l’éducation, a été marquée par des progrès considérables ces dernières années. En ce qui concerne l’éducation, l’égalité est pratiquement acquise : au niveau du primaire et de plus en plus au moyen et secondaire. 

L’étude que nous avons réalisée,  visait la connaissance de la situation de la femme dans la région d’Adrar et plus précisément, des conditions socio-culturelles dans lesquelles vivent les populations féminines. 

Ce cahier  qui veut rendre compte des principales activités réalisées, est structuré en trois parties :

-la première partie donne un aperçu du contexte de l’étude, rappelle les données de base, dresse un état des lieux bibliographique sur la situation de la femme dans le sud algérien et présente la méthodologie préconisée. Elle décrit d’une part les conditions de mise en œuvre de l'enquête qui a servi à fournir les données et, d'autre part le processus d'élaboration de la base de données et des principales méthodes d'analyse.

-la seconde partie dresse un portrait statistique de la Daïra, de sa population globale en général et féminine en particulier. Le contenu de cette partie repose à la fois sur  une analyse de contenu des documents qui nous ont été remis à Adrar et à Charouine et sur une approche croisée articulée autour d’une enquête de terrain par questionnaires et entretiens.

-la troisième partie analyse les conditions de santé des femmes et des enfants ainsi que les formes de violence vis-à-vis des femmes et des jeunes filles. Elle met l’accent sur le degré d’implication des femmes dans le développement socio-économique de la région et présente les principaux résultats et les conclusions majeures aux perceptions, valeurs et comportements des populations de Charouine vis-à-vis de la femme.

La conclusion fournit quelques éléments pour un plaidoyer en faveur des programmes de développement et d’amélioration de la place de la femme dans la société.