Les Cahiers Du CRASC

Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle

Index des cahiers

Les cahiers du Crasc, N°8, Turath N° 4, 2004, p. 23-42 | Texte Intégral




 

Ahmed-Amine DELLAI

 

 

De tous les saints de l’Islam, aucun n’est aussi populaire au Maghreb que le saint patron de Baghdad Sidi Abdelkader Al-Djilani. D’innombrables chapelles ou marabouts (قبّة/قبب) lui sont consacrés, le plus souvent sur des hauteurs d’où son surnom de «طير المراقب » (l’oiseau ou le faucon des pics)[1] et les poètes populaires, porte-parole de la ferveur populaire, affiliés ou non à l’ordre des Qadirias qu’il a fondé, ont composé, à toutes les époques, des chants en son honneur, dans le style melhoun, comme celui que nous vous présentons ici.

Certains poètes, comme Abdelkader Bettobdji de Mostaganem (1871-1948), se sont même spécialisés dans les panégyriques et les invocations destinées à Sidi Abdelkader El-Djilani dont ils furent de fervents adeptes[2].

Le texte présent est du au poète El-Hadj Boualem Ould Djelloul El-Brazi de la région d’El-Asnam (Chleff)[3]. Il relate, sous la forme d’une longue « qacida »[4] du style melhoun, l’aventure miraculeuse qu’a vécu le pieuse dame Setti, sur la route du pèlerinage, suite à sa rencontre avec Sidi Abdelkader El-Djilani déguisé, comme la légende le veut, en vieux mendiant repoussant.

C’est en dépouillant un registre du poète Ali Ould Brahim, un des derniers bardes de l’Oranais, disparu en 2003, que nous sommes tombés sur cette pièce transcrite de sa main et qui faisait partie, sans aucun doute, de son répertoire de chanteur populaire épique.

Et cette découverte nous a d’autant plus touché qu’elle nous a rappelé le souvenir de notre ami disparu, Mohammed Belhalfaoui,   et des passages qu’il a consacré, dans la préface de son anthologie[5],  à cette même légende de Setti et de Sidi Abdelkader dont il donne des extraits d’un chant d’auteur inconnu.

Nous avons retrouvé cette même Setti dans un autre texte du poète Abdelkader Bettobdji, dont nous avons parlé plus haut, intitulé :

اتوحّشت جماعة الوكيد * الاعرج سلطان كل والي في الدّنيا[6]

Mais il s’agit ici d’une autre légende où l’on voit Setti et sa vieille mère aveugle donner l’hospitalité, un jour d’orage, aux trois « pôles » du Maghreb, à savoir Sidi Boumediène, Sidi Bouazza et Sidi Abdelkader El-Djilali dont personne n’a voulu au village. En récompense de leur générosité, les trois thaumaturges rendent la vue à sa mère et délivrent son frère et ses compagnons des fers chrétiens[7].

En dehors de leur aspect purement littéraire, dans le sens de la littérature de langue algérienne, qui n’est pas négligeable, il nous semble que la publication de tels textes qui sont porteurs des grands thèmes et des grandes figures de l’imaginaire collectif et, plus particulièrement, de l’imaginaire sacré peut aider, nous semble-t-il, à mieux cerner telle ou telle figure centrale de cet imaginaire populaire et sa fonction, comme notre Sidi Abdelkader El-Djilali, une sorte de sauveur providentiel dans un monde où le Maghrébin se sent de plus en plus menacé et de plus en plus démuni, et à mieux comprendre, dans le cadre d’une recherche approfondie, les processus mentaux   et historiques de réappropriation culturelle qui tendent à transformer l’Islam en « religion populaire », et la culture arabe venue de l’Orient en « culture maghrébine du terroir ». 

Texte arabe[8]

1.بسم الله المولى العظيم نبدا في ذو الانشادي

 و الصّلاة على المصطفى احمد شَفيع الأمّات

2. بعد صلاته نبدا نمجّد على المير البغدادي

هو سلطان الصّالحين الاعرج مولى الخصلات

3. ربّي سمّاه الغوث فوّزه عن جمع العُبّادي

و جميع الصّالحين تحت قدمه بلا فخرات

4. أعطاه الله الملك قلّده بجميع العِبادي

و الّي هما ندهوه غاثهم في يوم النّطحات

5. في يوم يكون عدو مقابل عدو بارود يصادي

و ركاب يحكّ ركاب بسيوف و دقّ الحربات

6.هذا ميّت هذا مكين طايح بجراح[9] ينادي

و الاخر مسعي مغلوب طاح بين يدين العصّات

7. يحضر الاعرج حجاب من يديرو عنّه الاوعادي

و يسلّك اصحابه يجيبهم بين المشليّات

8. يحضر للّي شرعه صعيب في شدّة جاي و غادي

كي ينده بن موسى يسلّكه من جمع الغلبات

9. سلاّك الميسورين من حباس قيود التّعمادي

يفلّس الحدّة يجيبهم قلاّع الشّنقات

10. سلاّك سفاين غارقين فالما راحو للهادي

ندهو خدّامه به غاثهم في بحر الموجات

11. تنده به الملوك و الوْزَرْ و حضر والأبوادي

فال التّجّار مع الفلالحة تلقاهم صابات

12. قال اعطاني ربّي السّرّ من لا دركه أحَدي

وفّقلي كي حبّيت خالقي رَفيع الدّرجات[10]

13. قال اعطاني سبعين عاهد نعم الحيّ الجوّادي

ملك الله في كفّي ننظره[11] في كلِّ صيفات

14. خُدّامه روّاحين ياسرة اكثر من ذا العبادي

وسط قبابَهْ يقضو أمور زيّار المخلوقات

15 . ونيس الّي غربا مفارقين المال و الاولادي

قدرَهْ في شان عظيم عند ربّي مولى سطوات

16. لِه يديرو وعدات والفرايج في كل بلادي

لِه يهونو الاموال و الرّقاب و خيل القادات

17. إمام شيوخ الفايزين من يعطو ذو الاورادي

ابأسم الله الفُقْرا يسبّحو في جمع الحضرات

18. وانا سيدي ثاني يجرّب الّي هوَ وكّادي

واهل النّيّة منّه سعاو دنيا و الآخرات

19. أطّوّر شيخ كبير عاجز و عايب[12] طاح ينادي

جا قدّام الحجّاج غير وصلوه انده ندهات

20. أمعكم ادّوني نروح للنَّبي محمّدي

نبغي نركب للّه لا تخلّوني فالفلات[13]

21. مير الرّكب هدالُه بعير ركبَهْ دمّار العادي

اتكسّر و الثّاني لحّق[14] الثّالث بالعدّات

22. كي كسّر ثلث ذواد كل حارو ذوك الميعادي

هربو منَّهْ و ستعجبو و قالو فيه الدّعوات

23. ستّي موراهم جات شافها ألغى بالأجهادي

عيّط بن موسى[15] شافتُه دخلها حبّ و خمرات

24. قالت لُه واش بغيت قال ليها ما عندي زادي

نبغي نركب للحجّ قطّعيني هذا الوهدات

25. قالت لَهْ ستّي كي لغيت الاعرج حمّست افّوادي

أيّا تركب بالزّاد تروح معايا مع الرّحلات

26. قالت للعبد عطيه من جمالي ذاك الشّرّادي

فالخفّة يربي الارض حارزَهْ لجميع الثُّقلات

27. الاّ ركبُه جلّول طاح و تكسّر من الاعضادي

و الثّاني ثان اوْتَاهْ لحق الثّالث بالعزمات

28. أدهش العبد و حار قال هذو هما الاجهادي[16]

ما حارت ستّي فيه قدّمت لَهْ الباقيّات

29. قالت لَهْ اركب يا الشّيخ غيرَا كسّرت اذوادي

اصفات النّيّة فالشّريف والله مالي ندمات

30. قال لْهَا ذو تسعة بقاو لك يا ضيّ المرّادي

روحي منّا الاّ يلتواو نَكْسَرْهُمْ فالوهدات

31. قالت لَهْ ستّي يا الشّيخ[17] تُكلي فالله جوّادي

كمّلهم بن خيرة اضحاو قدّامَهْ مكسورات

32. قالت ستّي نمشو اسْوَا نْرُوحُو قال البغدادي

اعلى دهرك نبغي تركّبيني ديري حسنات

33. قالت أيّا تعلا فوق دهري حرّة الاغيادي

قال لْهَا في صدري الحَبّ عَرِّي ذوك الكسوات

34. جات تعرّي في ادْهَرْهَا خفا و ادرق يا الاسيادي

ما حالت نيّتها صافية كي ذَهْبْ الصّنجات

35. بعد هفا جاها كالبرق فوق الحمرا العرّادي

هاني ليك أبّشري بعزّ والنّصر مع الفرحات

36. و بدات تحقّق فيه شافت السّرج ذهب وقّادي

امفصّص من التَّبْرْ و زْبَرْدَجْ والياقوتات

37. الجَوْهَرْ زاد الدّرّ و ادْيامان على الابعادي

يوهج كي مثل السّمش كان وسّط فالسَّمَوَات

38. و شليلََهْ فيه الوان مَخْتْلَفْ يزهر نورَهْ قادي

فيه طيور و وحوش و نعام و سَبْعْ الهدّات

39. تحت شليلَه حمرا تقول بنّعمان و الاورادي

سلّة قرمز و اللّكّ شارقة في ذوك الصّيفات

40. اخفيفة برقيّة و ليس شبهو فيها الاعيادي

مصيونة مفروزة و فايزة فالزّين تعدّات

41. راكبها بن موسى الغوث بِهْ الأقطار اتنادي

سلاّك الّي يلغو عليه يوم نهار الحزّات[18]

42. قال لستّي نوضي تروّحي ما باقي تنكادي

و تلفّت نوّض ذوذها انطربت حرّة الابنات

43. قالت الاجمال الّي بقاو مالي عنهم تحيادي

ندّيهم معايا يشهدو هذا الكرامات

44. نوّضهم بن خيرة و قاصها في رمشة الاثمادي

وصّلها إلى البيت طافت بجميع المقامات

45. ستّة اشهور اوراها الرّكب باش اوصل للمعتادي

صابو ستّي ترجا باش تطلع لْعَرَفات

46. كي شافوها عرفو جمالهم صابو ثلث اذوادي

قالو لِها كي صار لِك[19] عادت لِهم قصّات

47. عبد القادر سلطان ذاك جرّبكم في الابعادي

و يشوف اهل النّيّة و يقصد اصحابه شي خطرات

48. أنا مُراكم جيت كسّر اجمالي بالأعدادي

هنت عليه الرّقبة و دار ليَّ ذا الكرمات

49. كي سمعوها ندمو تلايمو رِجال و الاولادي

قالو كي غضّبنا ابن النّبي ما لِنا حجّات

50. انجمعو و اتَّفقو و هوّدو لَلْبَحَر قُصّادي

قالو فيه انطيحو و غاثهم مولى العِنايات

51. في خاطر ستّي الواصْلَة سمحتلكم لا تنكادي

لا خَوْف عليكم يا ملاح ديرو ليَّ وعدات

52. راحو منَّهْ مضَّمنين[20] حجّو زارو الاسيادي

بعدن زارو طه مشاو لَلهَّلْهُم بالفرحات

53. عند الميزان تكون لي شفاعة كي جدّي الهادي

أنفوّتهم السّيراط فوق قناطر منصوبات

54. قال الغالي عندي زمام نكتب فيه التّقيادي

لَلِّي يَوْعَدْ و الّي يزور و الّي يَنْدَهْ ندهات

55. بِه نقابل انهار حرّ و اعْطَشْ ما فيه الوادي

و صحابي مفروزين تحت عَلَمي مُظَلاّت

56. نقصد بِهُم فالحين يَشَّربو[21] من حَوْض التَّوْرَادي

و ايرُوحو[22] مكرومين يَدْخْلو[23] قُصُور الجنّات

57. فيها حور و ولدان[24] في اخيام النّاس السُّعادي

و الّي قامو بالدّين و التُّقا امع الصَّدَقَات[25]

58. يَتْنَعّْْمُو في اثمارها نعايم جنّة الاخلادي

و اطيار على الاغصان يسبّحو بَسْمْ الجلالات

59. و انهار العسل و ما و خمر و حليب و كمّ من وادي

و تراب الجنّة مسك فاح والعنبر والنّسمات

60. واحنايا في صيفة و قدّ واحد وصف الأجسادي

مكسيّين ابْحُلُول نخّلدو فيها بالحيات

61. لا تحرمنا يا خالقي أحنا و أمّة محمّدي

نتوسّل لك باللّوح و القلم والكرسي بثبات

62. و بالعرش العَظيم و الحجوب و بِِساط الهادي

و الّي كلّمتَهْ فيه يا الله تقبل ذا الدّعوات

63. و بالملايِكة جميع من فالسَّفْلْ و الاصعادي[26]

و بالأنبيا و المرسَلين و الكتوب الأربَعَات

64. نتوسّلك بالمصطفى احمد سيّد الأسيادي

و بِأنصار الدّين الذي ضُهّاد الطُّغات

65. و القرعان[27] الكَريم و النّقُط و حروفَهْ بعدادي

الطّلبة و العُلَمَا العاملين اصحاب السّقوات[28]

66. نتوسّلك بالاشياخ كافّة تمدح على الهادي

أتعظّم الله و الرَّسول من يشفع فالعُصّات[29]

67. فرّج عنّا يا خالقي تزول علينا الاكسادي[30]

و انْفِي فقر أمّة النّبي أحمد شَفيع الأمّات

68. الحاج أسمي بوعلام قايل هذو الانشادي

بن جلّول برازي خديم الاعرج خضر القُبَّات

69. فالسّتّة و ثلاثين بعد ألف و ثلث مْيَا غادي

أمسلّم لَلسَّدَات نخدم الغالي لا تلفات.

 


Traduction

  1. 1. Par le nom d’Allah, le Seigneur, L’Incommensurable, je débute ce chant, puis la bénédiction sur l’Elu Ahmed l’Intercesseur des nations
  2. Après sa bénédiction, je commence à chanter la gloire du prince baghdadien[31], c’est le sultan des saints Laaradj[32] aux belles actions
  3. 2. Dieu l’a surnommé « El-Ghaouth »[33], il l’a élevé au-dessus de tous les dévots, et tous les saints lui sont soumis sans qu’il n’en tire orgueil
  4. Dieu lui a donné la royauté, il l’a investi de la charge de tous les hommes, et ceux qui l’invoquent, ils les sauvent le jour des assauts
  5. 3. Ce jour où les ennemis se font face alors que la poudre résonne, que les étriers se frottent aux étriers, avec les épées et les coups de pique
  6. Celui-ci est mort, celui-là gît, blessé, hurlant de douleurs, l'autre capturé, vaincu, est tombé entre les mains des rebelles(à Dieu)
  7. 4. Laaradj est présent pour servir de protection à ceux qui offrent en son honneur des fêtes, et ils sauvent ses amis en les arrachant du cœur de la mêlée
  8. Il est auprès de celui qui soutient un procès difficile et qui, plein d'angoisse fait les cents pas : dès qu’il invoque Ben Moussa[34] celui-ci le délivre de tous les problèmes (qui l’accablent )
  9. 5. Sauveur des prisonniers des geôles où l’on est solidement attaché, il force les fers et les ramène, lui, qui met fin aux attentes fiévreuses
  10. Sauveur des navires sombrant dans les flots sur la route du pèlerinage, ses serviteurs l’ont invoqué et il les a secouru en pleine mer
  11. 6. Les rois et les vizirs l’invoquent ainsi que les citadins et les campagnards, il est de bon augure pour les commerçants et les fellahs que de bonnes récoltes attendent
  12. « Dieu, a-t-il dit, m’a doté d’un don dont personne d’autre ne peut se prévaloir, il m’a accordé ce que j’ai voulu, mon créateur au rang élevé »
  13. « Il m’a fait, dit-il, soixante-dix promesses, l’admirable Vivant Généreux ! Je tiens le royaume de Dieu dans la paume de ma main, et je l’observe sous toutes ses formes »
  14. Ses affiliés chez les esprits sont nombreux, ils dépassent en nombre les humains ; à l’intérieur de ses coupoles, ils règlent les affaires des visiteurs parmi les créatures de Dieu.
  15. C’est le compagnon des étrangers qui ont laissé derrière eux leur fortune et leurs enfants ; il a un crédit immense auprès de Dieu, il jouit de beaucoup d’autorité.
  16. On lui consacre des fêtes et des réjouissances dans toutes les régions ; on offre pour lui de l’argent, des esclaves et des chevaux de parade[35].
  17. C’est l’imam de l’élite des maîtres, ceux-là même qui donnent l’initiation ; les adeptes, dans leurs réunions, égrènent leurs chapelets en répétant le nom de Dieu
  18. Mon maître à moi, de plus, met à l’épreuve (pour savoir) qui est inébranlable (dans sa foi); et les gens à la foi sincère ont gagné, grâce à lui, ce monde et l’au-delà
  19. Il se métamorphosa en vieillard d’un grand âge, impotent et infirme, et s’écroula, en poussant des gémissements. Il se mit sur la route des pèlerins et dès que ceux-ci parvinrent à sa hauteur, il les interpella :
  20. « Emmenez-moi avec vous vers le prophète Mohammed ; je veux prendre la caravane, pour l’amour d’Allah, ne m’abandonnez pas dans ces déserts ! »
  21. Le chef du convoi lui fit don d’un chameau, qu’il monta, l’exterminateur des ennemis ; (son échine) se brisa, le deuxième chameau connut le même sort, de même que le troisième
  22. Comme il avait brisé l’échine de trois chameaux, toute cette noble assemblée en resta bouche bée; ils s’éloignèrent en toute hâte de lui, manifestant leur étonnement, et disant : « Il est porteur de malédictions ! » 
  23. Setti, après leur départ, est arrivée. Dès qu’il la vit, il cria de toutes ses forces.  « Ben Moussa, s’écria-t-il ! » et elle l’aperçut, alors l’amour et ses ivresses la pénétrèrent
  24. « Que veux-tu, lui demanda-t-elle ? » « Je n’ai pas de provisions de route, lui répondit-il. Je veux m’embarquer pour le pèlerinage, fais-moi traverser ces vallées désolées. »
  25. « Quand tu as crié (le nom de) Laaredj , lui dit Setti, j’ai senti mon cœur se déchirer en mille morceaux ! Viens, monte, avec les provisions ! Tu m’accompagneras (dans le convoi) des bagages. »
  26. Elle dit à l’esclave : « donne-lui l’un de mes chameaux, celui qui est « rapide comme la gazelle » ; avec sa vitesse il raccourcit les distances , je le réserve pour toutes sortes de chargements. »
  27. Aussitôt que Djelloul[36] l’enfourcha, il s’abattit et ses pattes se brisèrent ; le deuxième, aussi, il le maltraita, et le troisième suivit, aussi promptement.
  28. L’esclave en resta stupéfait, ébahi : « Ce sont là (les chameaux) les plus robustes ! ». Setti n’en fut pas troublée pour autant par lui, elle lui présenta le reste (du troupeau)
  29. « Monte, ô cheikh, lui dit-elle, jusqu’à ce que tu brises (l’échine de tous) les chameaux du troupeau. Ma foi est sans tâche pour le descendant du Prophète, (je jure) par Dieu (que) je n’éprouve aucun regret ! »
  30. « Il te reste ces neuf-là, lui dit-il, ô éclat de la lune ! Va- t- en d’ici, et s’ils rechignent à avancer, je les briserais dans les précipices ! »
  31. « Ô cheikh, lui répondit Setti ! Je m’en remets à la volonté d’Allah le Très Généreux ». « Le fils de Kheïra »[37] acheva le reste(des chameaux) qui se retrouvèrent, devant lui, brisés.
  32. « Marchons ensemble, dit Setti, partons! » « C’est sur ton dos que je veux que tu me montes ! Accomplis donc une bonne action ! »
  33. « Allez, viens, lui dit la plus noble des belles dames, grimpe sur mon dos ! » « J’ai des pustules sur la poitrine, lui répondit-il, écartes ces vêtements ! »
  34. Elle allait mettre son dos à nu quand, soudain, il disparut et devint invisible, ô mes seigneurs ! Sa foi ne s’est pas altérée, elle est restée aussi pure que l’or des pesettes.
  35. Après s’être volatilisé, il revint vers elle, en un éclair, sur (sa jument) baie, véritable reine des gazelles[38]. « Me voici, tout à toi, réjouis-toi de la considération, du succès et des joies que je t’annonce ! »
  36. Alors elle se mit à le dévisager et elle vit la selle étincelante de dorures, toute incrustée d’or fin, d’émeraude et de rubis
  37. De joyaux, de perles, et d’un diamant qui, de loin, brille comme le soleil au centre du firmament
  38. Son caparaçon a des reflets changeants, il resplendit d’un éclat inextinguible, on y voit des oiseaux, des bêtes fauves, des autruches et des lions prêts à bondir
  39. Sous son caparaçon, une (jument) baie qu’on dirait (recouverte) de coquelicots, de roses, de fleurs de sainfoin, de kermès et de cire à cacheter, resplendissant de toutes ces couleurs
  40. Rapide comme l’éclair, telle qu’aucun cheval ne lui ressemble, préservée (du contact du mâle?), hors du commun, elle l’emporte par sa beauté inégalable
  41. Ben Moussa la chevauche, le « Ghaouth » que les contrées appellent (à leur secours), le sauveur de ceux qui l’appellent quand vient le jour des grands périls
  42. « Lève-toi pour partir, dit-il à Setti, tu n’as plus de souci à te faire ! » Puis il se retourna et remit ses chameaux sur leurs pattes, ce qui mit en joie la plus noble des jeunes filles
  43. « Les chameaux qui se sont effondrés, dit-elle, je ne puis m’en séparer. Je les emmènerai avec moi pour qu’ils voient[39] ces prodiges »
  44. Ben Kheïra les remit d’aplomb et il la propulsa au loin en un clin d’œil, il la fit parvenir à la Mecque où elle fit le tour de toutes les stations
  45. C’est six mois après elle que la caravane parvint à destination, ils trouvèrent Setti qui attendait le moment de monter à Arafat[40]
  46. Dès qu’ils la virent, ils reconnurent leurs chameaux, et en retrouvèrent trois. « Qu’est - il advenu de toi, lui demandèrent-ils ? » Et elle leur raconta toutes les péripéties (de son histoire).
  47. « Abdelkader est un sultan, c’est qu’il les a mis à l’épreuve dans les contrées lointaines, pour voir (quels sont) les gens de bonne foi, et puis, de temps à autre, il va solliciter ses amis »
  48. « Quant à moi, je suis arrivée après vous et il a brisé mes chameaux, un à un. Je lui ai offert ma vie et il a accompli pour moi ces prodiges »
  49. En entendant ses paroles, ils eurent des remords et se rassemblèrent avec leurs enfants. « Puisque nous avons irrité le fils du Prophète, s’exclamèrent-ils, notre pèlerinage n’est plus valable ! »
  50. Ils se réunirent, se mirent d’accord et descendirent en direction de la mer. « Nous allons nous précipiter là-dedans, dirent-ils ! » Mais ils furent sauvés par « l’homme de toutes les sauvegardes ».
  51. « C’est par considération pour Setti « la parvenue »[41] que je vous ai pardonné, désormais vous n’aurez plus de chagrin et plus de crainte, ô gens exquis ! Offrez des fêtes en mon nom ! »
  52. Ils s’en allèrent tranquillisés, en ce qui le concerne, accomplirent les rites du pèlerinage et rendirent visite aux Seigneurs[42]. Après avoir rendu visite à Taha[43], ils retournèrent à leurs familles, le cœur en fête.
  53. « Près de « la Balance»[44], j’aurai, comme mon aïeul El-Hadi[45], le pouvoir d’intercéder[46]. Je leur ferais traverser Es-Sirât[47] sur des ponts suspendus. »
  54. « J’ai un registre, dit El-Ghali[48], sur lequel je couche par écrit (les noms) de celui qui m’offre une fête, celui qui visite mes chapelles, et celui qui m’appelle à son secours »
  55. « Je m’en servirai comme preuve le jour de la chaleur et de la soif, un jour sans eau, et mes amis seront rangés à part, à l’ombre de ma bannière[49]»
  56. « Je les emmènerai boire, sans tarder, dans le « Bassin où l’on se désaltère »[50], et ils s’en iront, honorés, habiter des palais paradisiaques »
  57. On y trouve des houris et des jeunes enfants[51] sous les tentes des bienheureux, et de ceux qui ont accompli les devoirs religieux, dans la crainte de Dieu, et fait des aumônes.
  58. Ils jouiront de leurs fruits et des délices du paradis éternel, pendant que des oiseaux perchés sur les branches chantent les louanges (de Dieu) (en proclamant) les noms (qui signifient) sa grandeur.
  59. Et des fleuves où coulent le miel, l’eau, le vin, et le lait, sans compter les rivières. La terre du paradis c’est du musc odorant et de l’ambre, et d’autres parfums.
  60. Et nous-mêmes, c’est sous des traits et des tailles semblables que nos corps apparaîtront, vêtus de riches vêtements, pour l’éternité.
  61. Ne nous prive pas, ô mon Créateur, nous et la nation de Mohammed, (de tout cela) ! Qu’auprès de toi intercèdent pour moi « la Table»[52], « le Calame »[53], et « Le Siège »[54], d’une manière certaine.
  62. Par l’intercession du « Grand Trône », des « Voiles »[55], et de « la Cour»[56] du Guide, et par celui à qui tu y as adressé la parole[57],   ô Allah, agrée ces prières !
  63. Et par l’intercession de tous les anges, ceux des sphères supérieures et ceux des sphères inférieures, des prophètes et des envoyés, et des quatre livres sacrés[58]!
  64. Je te conjure par l’intercession de « l’Elu » Ahmed, le seigneur des seigneurs, et des « Auxiliaires »[59] de la religion qui sont le fléau des rebelles (à Dieu) !
  65. Et du noble Coran, avec la somme de toutes ses lettres et des points diacritiques, et des étudiants, et des savants qui appliquent leur savoir, les maîtres du breuvage (mystique)[60]
  66. Je te conjure par l’intercession de tous les poètes qui chantent les louanges du « Guide », en magnifiant Dieu et le Prophète qui intercède en faveur des désobéissants (à Dieu)
  67. Accorde-nous des jours meilleurs, ô mon créateur, que prennent fin (ces temps) de marasme ! Abolie la misère de la Nation du Prophète Ahmed qui intercède en faveur des nations !
  68. Mon nom est El-Hadj Boualem Ben Djelloul El-Brazi, auteur de ce chant, adepte de Laaradj aux vertes coupoles
  69. En l’an mille trois cent trente six, je suis soumis aux maîtres et je sert El-Ghali sans me détourner (un seul instant de ma tâche)[61].

 


Notes

[1] D’après la tradition, un des surnoms de Sidi Abdelkader, dans le monde céleste, serait:«الباز الأشهب » (le faucon gris des cieux) (« Un grand saint de l’Islam, Abd-Al-Kadir Guilâni (1077-1166) », par Mehmmed Ali Aïni, Librairie Orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1967(réimpression anastatique de l’Edition de 1938), page 71)

[2] «ديوان الشيخ عبد القادر بطبجي، تحقيق و تقديم الأستاذ عبد القادر غلام الله، مستغانم/فيفري 1999، ص. 197 » 

[3] Sonneck (Chants arabes du Maghreb) cite un certain El-Brazi, de la « vallée du Chélif »dont il suppose qu’il serait du 12è siècle de l’hégire (17è-18è de J.C). Il lui attribue le texte n°8, une courte pièce bachico-mystique de style citadin.

Nous savons, quant à nous, que le cheikh Boualem El-Brazi, meddah (et fils de meddah) originaire de la région d’El-Asnam,  a vécu entre le 19è et le 20è siècle, dont 30 années passées au Maroc où il s’était spécialisé dans l’interprétation du répertoire édifiant de Sidi Lakhdar Benkhlouf, et qu’il est l’auteur, entre autres textes épiques, des chants suivants : «نبدا بسم الكريم واحد * الرّحمان رحيم هادي »(hymne au Prophète) ; «نبدا بسم الله الواحد*القديم الفرد الصمد* صلاة على محمّد*الرسول النّبي طه » (hymne au Prophète) ; «بسم الله نعم الحيّ الجبّار*السّابق القديم خلق الأشيات » (L’expédition de Khaïbar : voir in « Paroles graves et paroles légères » par Ahmed-Amine Dellaï, éd. Enag, Alger, 2003). Ces textes en notre possession sont datés du début du 20è siècle.   

[4] C’est ici un poème de forme isométrique composé de vers à double hémistiches de mesure 14 et 13.

[5] « La poésie arabe maghrébine d’expression populaire », Mohamed Belhalfaoui, éd.Maspéro, Paris, 1980, pp.16-17.

[6]  ديوان الشيخ عبد القادر بطبجي، ص.79-82.

[7] Le dramaturge algérien, originaire de Mostaganem, Abderrahman Ould Kaki, a du, sans aucun doute, se souvenir de cette légende locale quand il a adapté la fameuse pièce de Bertold Brecht « la bonne âme de Sé-Tchouan » sous le titre : «القرّاب و الصالحين » (le porteur d’eau et les marabouts). 

[8] Les notes du texte arabe proviennent d’une seconde version du texte dont nous avons relevé quelques variantes qui nous ont paru intéressantes.

[9]  بالجرح

[10]  ادراعي فوق الأرض و الاخر فوق السّموات

[11]  ...في كفّه ينقلّب...

[12]  عاقب

[13]  الوهدات

[14]  لحقه و الثالث عدات

[15]  عيّط باسمه كي شافته دخلها حبّ و خمرات

[16]  الهجّادي

[17]  قالت ستّي الا بغاو...

[18]  قاوي و ضعيف و سلطنة يسلّكهم فالحزّات

[19]  ليه

[20]  مطمّنين

[21]  نشربو

[22]  نروحو

[23]  ندخلو

[24]  ويدان؟

[25]  و السّخاوة (؟) و الصدقات

[26]  نتوسّل لك بالملاك الذي فالسّفل و الاصعادي

[27] Parfois, on rencontre, chez certaines personnes, une tendance naturelle, comme ici, à la substitution de la spirante sonore «ع  » à l’attaque vocalique «ء » dans le dialecte arabe de l’Ouest algérien non contaminé par l’arabe classique. Comme dans «ألف »(mille) qui devient «علف » ou «أمين »(prénom : Amine) qui devient «عمين ». Les Arabes appellent ce trait phonétique particulier : «العنعنة ».       

[28]  و اهل المحبّة و السّقوات

[29]  و تعظم الاسياد و المشبّب طير القبّات

[30]  الانكادي

[31] Car Sidi Abdelkader El-Djilani, comme chacun le sait, est enterré à Baghdad.

[32] Litt.: “le boîteux”. C’est l’un des nombreux surnoms de Sidi Abdelkader. Peut-être avait-il perdu l’usage d’une jambe à la suite de ces exercices de piété et de mortification qu’il s’imposait car, la nuit, pendant qu’il priait « Pour ne pas être tenté de succomber au sommeil, il se tenait debout, sur un seul pied, et pour garder son équilibre dans cette position fatigante, il se tenait agrippé à un anneau fixé au mur »(Un grand saint de l’Islam, Abd-Al-Kadir Guilâni(1077-1166), par Mehmmed Ali Aïni, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1967, page 64).

[33] « El-Ghaouth »(le Secours) et « El-Qotb »(le Pôle) occupent le premier rang dans la hiérarchie mystique.

[34] Ben Moussa(le fils de Moussa) désigne Sidi Abdelkader. Moussa est le nom de deux de ces ancêtres par qui il se rattache aux descendants du Prophète : car il est « Abou Mohammed Abd-Al-Kadir Ben Abou Salih Djenghi Dost, Ben Abou Abd’Allah, Ben Yahia Al-Z’Ahid, Ben Mohammed, Ben Dawoud, Ben Moussa, Ben Abd’Allah, Ben Moussa Al-Djun, Ben Abd’Allah Al Mahz, Ben Hassan Al Mussenna, Ben Al Hassan, Ben Ali Ibn Abi Talib »(Idem, page 32)

[35] Appelés aussi « chevaux de soumission » car on les offre aux grands personnages comme gage d’obéissance et de soumission.

[36] Dérivé de « Djilali » ou de « Djili » (la province de Djîl, au bord de la mer Caspienne, est la contrée d’origine de Sidi Abdelkader).

[37] La mère de Sidi Abdelkader s’appelait Fatima et sa kunya(surnom) était Oum-al-Khaïr. Elle lui aurait donné le jour à l’âge de 60 ans et était elle-même, dit-on, une descendante du Prophète.

[38] L’un des surnoms populaires de Sidi Abdelkader lui vient de cette jument, c’est «راعي الحمرا » (le cavalier de la jument baie).

[39] Elle veut parler des pèlerins qui l’ont devancée.

[40] La station au mont Arafat qui coïncide avec la fête du sacrifice (El-‘Aïd El-Adha) est l’un des rites les plus importants du pèlerinage à la Mecque.

[41] C’est-à-dire celle qui a pris de l’avance, qui est allée loin, dans la voie mystique.

[42] Probablement aux cimetières, comme celui de «البقيع » à Médine, où sont enterrés les Compagnons du Prophète et les premiers musulmans.

[43] A Médine où est enterré le Prophète. Taha est l’un des noms, coranique, du Prophète Mohammed.

[44] La balance du jugement dernier qui servira à peser les actions des hommes.

[45] « Celui qui guide sur la bonne voie », autre surnom du Prophète.

[46] La possibilité d’intercéder auprès de Dieu, le jour du Jugement, ou «شفاعة » est réservée au Prophète Mohammed à l’exclusion de tous les autres prophètes.

[47] « Es-Sirât » (litt. « le chemin ») est un pont surplombant les abîmes de l’Enfer. Ceux qui pourront le traverser, sans encombres, accéderont au Paradis. Les autres tomberont, du haut de ce pont, qui est « aussi fin qu’un cheveu », dans la fournaise.

[48] « El-Ghâli » (le Cher, le Précieux, Celui qui n’a pas de prix) est un surnom de Sidi Abdelkader. Curieusement « El-Ghâli » peut-être compris comme « Appelle-moi ! » ce que recommande, justement, Sidi Abdelkader à ses adeptes, dans les moments de danger !.

[49] « Bou ‘Alam » (le Porte-étendard) est un des surnoms de Sidi Abdelkader, car, dit-on, il porte l’étendard de la miséricorde divine (Er-Rahma).

[50] « El Haoudh » (le Bassin) près duquel se tiendra le Prophète, au jour de la Rétribution, afin de désaltérer les bienheureux de sa nation.

[51] D’après la croyance populaire, les enfants morts en bas âge seront ressuscités auprès de leurs  parents dans le paradis. C’est peut-être à ces enfants-là que fait allusion le poète.

[52] « La Table Gardée » (اللّوح المحفوظ) ou « Livre des prédestinations » dans lequel Dieu a enregistré tous les événements et arrêté toutes les destinées. On l’appelle aussi «أمّ  الكتاب » (la mère ou la matrice du Livre). 

[53] « Le Calame » ou « Roseau taillé divin »à l’aide duquel Dieu enregistre ses décrets  sur « la Table Gardée ».

[54] «El-Koursi » c’est aussi le « le Trône », mais nous avons préféré traduire par « Siège » en réservant le mot « Trône » à la traduction de « ‘Arch ». Parfois « Koursi » est traduit par « marchepied » pour le distinguer du « Trône ». Pour la signification de ce terme voir : « Encyclopédie de l’Islam, article «Kursî ». 

[55] Les Voiles du mystère divin.

[56] La salle du Trône divin ?

[57] C’est à dire le Prophète Mohammed qui fut introduit auprès de son Seigneur et lui parla à l’occasion du « Voyage nocturne »(الإسراء) suivi d’une « Ascension céleste » (المعراج).

[58] Les quatre livres sacrés sont, selon la tradition musulmane : les feuillets d’Abraham, la Torah de Moïse, l’Evangile de Jésus et le Coran.

[59] Ce sont les habitants de Médine qui ont donné refuge au Prophète et soutenu sa nouvelle religion.

[60] La science mystique (العلم اللدني), qui est une science divine car elle émane de Dieu seul, est comparée, métaphoriquement, dans le langage soufi, à une boisson que les maîtres en direction spirituelle servent à leurs disciples.

[61] 1336 de l’H.= 1918 après J.C.