Les Cahiers Du CRASC

Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle

Index des cahiers

Les cahiers du Crasc, N°06, Turath n° 03, 2003, p. 57-87 | Texte Intégral


 

 

Travail de groupe *sous la direction de :

Sidi Mohamed LAKHDAR-BARKA

 

 

 

Pour rendre la lecture de ce document plus pratique ; les remarques et observations que les lecteurs pourraient faire plus évidentes, et sauvegarder la cohérence entre les différentes transcriptions et traductions, le comité d’édition a élaboré et choisi ce type de présentation et de pagination

  • Première colonne à partir de la gauche : les proverbes tels que cités dans le roman Things Fall Apart, Chinua Achebe, Heinemann, London, First published 1958, reprinted 1978.
  • Deuxième colonne : le ou les équivalents en Arabe
  • Troisième colonne : Traduction littérale en Anglais
  • Quatrième colonne : Traduction littérale en Français
  • Cinquième colonne : Transcription phonétique du ou des équivalents en Arabe

Réflexions sur l’opportunité pédagogique d’une collecte de proverbes algériens

Dans le cadre du module de Littérature Africaine A 109, du cursus de la licence d’Anglais telle qu’assurée à L’I.L.V.E. de L’Université d’Oran, Il nous est apparu pédagogiquement utile de rentabiliser les enseignements de cette littérature, en essayant de dégager un processus de réflexion qui, par analogie, nous amènerait à mettre en application au contexte culturel algérien (voire local : dialecte oranais) les connaissances acquises par l’analyse des œuvres étudiées, et ce en vue d’initier et encourager la collecte d’éléments (dans leur expression ‘brute’) de la culture orale populaire menacée d’extinction dans certaines de ses formes.

C’est ainsi que nous avons retenu comme essentielle, l’intention de Chinua Achebe, dans son roman Things Fall Apart (Edition 1976, Heinemann), de fixer par l’écrit, des proverbes, dictons et autres expressions consacrées, dont le but fondamental est de synthétiser en très peu de mots, la connaissance du monde, accumulée par la société Ibo (Nigeria) à la suite d’une très longue expérience de vie communautaire, érigée en traditions détentrice du savoir, de la sagesse, et des valeurs garantissant la norme culturelle Ibo.

De toutes les qualités stylistiques qui font l’originalité de la textualité de cette œuvre, et de la spécifité de l’écriture de C. Achebe (qui a fait école d’ailleurs), notre choix s’est porté sur les proverbes        et dictons dont il s’est servi, en tant qu’ils énoncent une vérité pratique, qui est l’expression du sentiment populaire sous une forme concise1.

Sans trop s’éloigner de la grammaire et de la syntaxe de la langue anglaise, l’auteur est arrivé à transcrire le sens de proverbes Ibos dans leur version vernaculaire originale,  en traduisant littéralement ce qui donne son caractère figuré au proverbe c’est à dire les images, comparaisons, métaphores, qui le constituent. D’une manière générale on peut établir qu’il existe un schéma principal de construction du proverbe.

1. C’est souvent une comparaison qui est figurée par des animaux, des éléments de la nature, ou des êtres humains en situation.

- Les animaux : l’oiseau, le crapaud, le lézard, le poussin, le coq, la vache, etc. comme on peut le constater dans les proverbes cités.

- Éléments de la nature : l’épis de blé, l’arbre, le soleil, etc.

- Être humains en situation : l’état de vieillesse, l’arrogance, l’humilité, etc.

2. Les unités de comparaison ont une connotation symbolique qui révèle :

* soit une hiérarchie des valeurs sociales du groupe.

- La vache : l’éducation maternelle.

- Le coq : la virilité

- L’aigle : la vitalité guerrière (l’agressivité)   

- Le lézard : l’endurance ou la persévérance.

* soit des constantes humaines :

- le blé : la survie donc la sécurité 

- la mort : l’angoisse

- la parenté : la sécurité familiale ou collective par opposition à l’anonymat culturel.

3. La leçon implicite, c’est à l’interlocuteur de l’induire, s’il possède les mêmes référents culturels.

Ces schémas qui sont des pratiques d’enseignement par référence à l’environnement (donc par analogie) répondent parfaitement aux normes didactiques valorisées dans les sociétés ‘pré-scientifiques’. C’est ainsi que pour Paulo FREIRE, l’être humain se détermine par réflexion par rapport au monde dans lequel il évolue, et non par réflexe comme l’animal, en matière de connaissance2.

On retrouve cette fonction didactique privilégiée dans les contes, mythes et légendes qui sont insérés dans le récit de l’œuvre.

Elle devient purement culturelle dans la mesure ou elle tisse un canevas de relations entre l’homme et son milieu, une sphère cosmogonique, par rapport à laquelle chaque individu se situe, et définit son rôle, connaît ses limites et ses prérogatives dans un souci d’organisation et de perpétuation du groupe.

Après maintes lectures collectives de Things Fall Apart, nous avons dégagé vingt et un universaux culturels’ du langage, tels qu’utilisés dans cette œuvre.

  1. dans une première étape, nous avons déterminé avec précision la signification de chacune de ces vingt et une unités sémantiques du discours oral traditionnel Ibo.
  2. Chaque étudiant a fait une enquête dans son environnement social immédiat pour recueillir un ou plusieurs équivalents en arabe parlé algérien, pour chacun de ces universaux.
  3. Nous avons veillé à fixer scrupuleusement par écrit la prononciation de ces proverbes tels que perçus dans le discours oral quotidien. Cette initiative n’a pas été sans contraintes dans la formulation phonétique, puisque nous avons eu à transgresser certaines conventions grammaticales et syntactiques, d’où l’intérêt de cet exercice. Nous avons opté pour la transcription phonétique qui rend avec plus de fidélité et d’exactitude les nuances de prononciation dialectale.
  4. Nous avons littéralement traduit ces proverbes de l’arabe parlé au français et à l’anglais, en essayant de rester le plus prés possible du texte, plutôt que du sens, et ce, particulièrement dans le but de transmettre au lecteur tous les éléments figurés qui révèlent plus notre culture, alors que le sens est bien souvent universel.
  5. Nous avons analysé, puis finalement sélectionné certains équivalents, selon que les éléments de référence (comparaison avec les animaux, images prises de la nature, etc…) changent d’une ‘culture’ régionale à une autre, ou sont caractéristiques d’un lieu, comme le montrent les remarques des étudiants.

Cette partie de la recherche a été la plus laborieuse, et la plus conséquente d’enseignements, parce que faisant appel à des connaissances assez techniques, et un champ d’investigation pluridisciplinaire.

Les remarques et observations constatées peuvent être classées selon deux chapitres différents, bien qu’étroitement liés :

  • L’approche linguistique
  • L’approche littéraire et culturelle.

Approche linguistique

L’aspect linguistique a suscité un intérêt sensible soutenu par des débats animés, faisant appel aux notions de sémantique, dialectologie, philosophie et phonétique, que nos étudiants avaient retenus du cursus des modules de linguistique, et mis en pratique sous les conseils efficaces de quelques collègues de la spécialité.

On pourrait éventuellement développer, ou découvrir  le processus d’évolution phonétique et (ou) linguistique de l’arabe classique vers les dialectes algériens, puisque plusieurs prononciations ont souvent été données pour le même proverbe.

Joseph KI-ZERBO synthétise très bien ce type d’exercice en parlant des procédés éventuels de fixation des richesses linguistiques de la tradition orale en Afrique :

C’est par une analyse ingrate et minutieuse du fait de langue ‘avec son signifiant de consonnes, de voyelles et de tons, « avec ses latitudes de combinaison dans les schémas syntagmatiques, avec son signifié vécu par les locuteurs d’une communauté donné » qu’on peut échafauder des extrapolations en amont, opération souvent rendue difficile par le manque de profondeur historique de la connaissance de ces langues.3

Approche littéraire et  culturelle

Cette démarche reste pour nous (dans le cadre du module enseigné) la plus importante.

En effet, il y a lieu de s’interroger sur les motivations qui ont stimulé une telle expérience.

Elles sont essentiellement d’ordre culturel, tout en étant d’essence pédagogique. Il s’agissait pour ce collectif de :

    1. réaliser un type d’essai de fixation des valeurs culturelles orales de l’arabe parlé, dévalué par les normes grammaticales et syntactiques figées de l’écrit institutionnalisé et le revaloriser dans le cadre d’une politique de récupération systématique et méthodique des patrimoines locaux et régionaux à l’échelle du pays. Cet écrit substitue de plus en plus, à une vision du monde richement populaire, traditionnelle et globale, une expression arabe standardisée par les médias, sans écho culturel dans la société à laquelle, elle est censée s’adresser. « Il faut que l’oralité soit prise en charge par l’écriture. C’est à l’écrit de fixer. De codifier l’oral. »4
    2. Montrer l’intérêt scientifique de répertorier et établir une liste exhaustive de toutes ces expressions dans le cadre d’une recherche continue.
    3. Analyser ces unités culturelles pour améliorer la connaissance que l’on a de nous-mêmes dans notre rapport à l’environnement, qu’il soit social, naturel ou animal, en Algérie.
    4. Illustrer la nécessité impérieuse pour les institutions universitaires, de créer des ateliers de recherche culturelle. En effet, notre but étant de mettre au point un processus de revalorisation littéraire de notre culture à dominante orale, son lieu d’expérimentation et d’utilisation immédiate serait l’expression dramatique nationale qui semble avoir des difficultés à légitimer son authenticité langagière, en l’occurrence : l’arabe parlé

 

 

 

 

 


Notes 

* Cette publication est le fruit d’un travail collectif entrepris par les étudiants du module  A 109, dont les noms  suivent:

AIDA Z., ALLAL A., ASLI A., AYERSOUK N., BADSI H.,  BENALI S., BENANTEUR. M., BERRACHED M. BESSOUF F., BOUAGADA H., BOURIAH H., KHELIF B., MERZOUKI A.,  MERZOUK F., MOUMENE D., Sahli M., TAISSIR S., TOUAM B, sous la direction de LAKHDAR-BARKA Sidi Mohamed.

Le collectif remercie l’aide apportée par BENRABAH M., Pour la transcription phonétique, ainsi que tous les collègues qui nous ont éclairé de leurs conseils.

1 Dictionnaire Encyclopédique Quillet, Librairie Aristide Quillet, Paris, Ed. 1979 (lettre P)

2 Men relate to their world in a critical way. They apprehend the objective data of their reality (as well as the ties that link one datum to another) through reflection not by reflex, as do animals, p..3 ; Paulo FRIERE, Education, The Practice of Freedom, Writers and Readers Publishing Coopérative, London, First Published 1974.

3- KI-ZERBO, Joseph, Un continent en quête de son passé, in Courrier de l’UNESCO, Août / Septembre 1979, 32ème année, p.11.

4 BOUZAR, Wadi, La culture en question ?, SNED et Silex Editions, Alger /  Paris, 1982, p.13.